Fichier eg11.htm
Thèmes abordés : Développement et Sous-développement Page Thèmes - Economie Générale Page Thèmes - Correspondances Fichiers

LE DEVELOPPEMENT ET SES INEGALITES
DEFINITION DU DEVELOPPEMENT
INDICATEURS D'INEGALITES DE DEVELOPPEMENT
CLASSIFICATIONS BIRD-OCDE
ALIMENTATION
DEMOGRAPHIE
BLOCAGES CULTURELS
ECONOMIES DESARTICULEES
DETTE EXTERIEURE
COMMERCE EXTERIEUR
FAIBLESSE DES REVENUS
CONCLUSION Page Thèmes - Economie Générale

LES CAUSES DU SOUS-DEVELOPPEMENT
ANALYSE LIBERALE ET NEO-LIBERALE
CAUSES LIEES A LA NATURE
CAUSES CULTURELLES
ANALYSE MARXISTE ET NEO-MARXISTE
PRODUIT DE LA COLONISATION
CONCLUSION Page Thèmes - Economie Générale

LES STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT
-- STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT AGRICOLE
IDEES GENERALES
VALORISATION DU POTENTIEL AGRICOLE
REFORMES AGRAIRES
LA "REVOLUTION VERTE"
-- STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL
IDEES GENERALES
LES "POLES D'INDUSTRIALISATION"
INDUSTRIALISATION ET COMMERCE EXTERIEUR
DEVELOPPEMENT ENDOGENE, "AUTOCENTRE"
-- LA COOPERATION INTERNATIONALE
L'AIDE DES PAYS DEVELOPPES
COMMERCE INTERNATIONAL : DES REGLES !
LE PROBLEME DE LA DETTE
L'APPROCHE DE J.M. ALBERTINI
L'ALTERMONDIALISME
CONCLUSION Page Thèmes - Economie Générale

LE DEVELOPPEMENT - DEFINITION

Depuis 2 siècles un certain nombre de pays ont régulièrement profité du développement économique. D'autres commencent juste, un certain nombre n'ont pour ainsi dire connu aucun développement.

F. Perroux : "combinaison des changements mentaux et sociaux d'une population qui la rendent apte à faire croître, cumulativement et durablement, son produit réel global".

Le développement est donc une transformation structurelle (économique, sociale, culturelle, politique, ...) qui permet d'entretenir la croissance. Cette notion a un côté nettement qualitatif, par comparaison à la croissance, notion plus quantitative.

SOUS-DEVELOPPEMENT - INDICATEURS D'INEGALITE

De nombreux indicateurs permettent de constater mes inégalités.
Elles apparaissent nettement sous forme de clivage Nord-Sud. On peut citer :
- PIB, PNB, PIB/habitant, PNB/habitant.
- démographie (taux de natalité, fécondité, mortalité, mortalité infantile).
- part des différents secteurs dans l'économie.
- taux de scolarisation, d'alphabétisation.
- nombre de médecins, hôpitaux.
- espérance de vie.
- alimentation et nutrition, ...

A noter que le sous-développement n'est pas un tout homogène : le Brésil, l'Inde, la Chine, Singapour, la Corée du Sud, ... n'ont rien à voir avec le Bangladesh, le Rwanda, le Botswana, le Soudan.

SOUS-DEVELOPPEMENT - CLASSIFICATION BIRD ET OCDE

Classification de la Banque Mondiale
Pays à faible revenu : PNB/hab < 500 $ par an.
Pays à revenu intermédiaire : PNB/hab. entre 500 et 2200 $ par an.
Pays exportateurs de pétrole : PNB élevé, mais développement très embryonnaire.
 
Classification de L'OCDE
Pays les moins avancés (PMA) : PNB/hab. < 200 $ par an.
Nouveaux pays industrialisés (NPI) : disparition de la pauvreté absolue et insertion dans l'économie mondiale.

SOUS-DEVELOPPEMENT - PROBLEMES D'ALIMENTATION

Alimentation : 3 aspects principaux

Sous-alimentation : insuffisance quantitative de la ration alimentaire.

Malnutrition : mauvais équilibre alimentaire, eau non potable, ... d'où maladies microbiennes ou virales (choléra, hépatites, ...) rachitisme, épidémies voire endémies, ...

Famines : la situation est d'autant plus dramatique qu'elle s'accompagne de conditions d'hygiène déplorables et de structures sanitaires et sociales complètement défaillantes.

SOUS-DEVELOPPEMENT - PROBLEMES DEMOGRAPHIQUES

Le 1/3 monde regroupe environ 80 % de la population mondiale. Près de 90 % des enfants de moins de 15 ans de la planète vivent dans cette zone.

2 éléments principaux

Très fort taux d'accroissement naturel : les taux de natalité restent très élevés alors que les taux de mortalité ont nettement chuté (politiques démographiques plus ou moins réussies, vaccinations, progrès en matière médicale [antibiotiques, pénicilline], populations jeunes, ...). Ainsi s'explique pour l'essentiel le développement considérable de la population mondiale en 25 ans.

Surpeuplement : urbain (penser aux bidonvilles de Calcutta, Mexico ou Rio de Janeiro, ...) et rural également (habitude des grandes familles).

SOUS-DEVELOPPEMENT - BLOCAGES CULTURELS

La volonté de copier le modèle occidental (est-ce la bonne voie ?) est en opposition constante avec les pratiques locales (sens de la fête, rites, religion, croyances, coutumes, insuffisance d'éducation, femmes victimes d'une infériorité manifeste [elles ne votent pas au Koweït], ...).

Les PED ont bien du mal à se forger une identité, d'autant que les pays développés, notamment par le biais des firmes multinationales, cherchent à véhiculer leurs valeurs et modes de vie.

SOUS-DEVELOPPEMENT - ECONOMIES DESARTICULEES

Une économie "dualiste"

Désarticulée et peu efficace, avec un déséquilibre sectoriel très marqué
Ruralité et artisanat : dans le cadre d'une économie de subsistance peu monétisée (souvent l'agriculture [peu productive], le primaire en général représente plus de 40 % de la population active).
Société moderne : souvent contrôlée par l'étranger (revoir chapitre sur les multinationales).
Secteur "informel" : entre les deux, un secteur "informel" aux fonctions sociales très importantes (fournisseur d'emplois [réparation, sous-traitance, ...] donc de moyens d'existence en zone urbaine notamment).

SOUS-DEVELOPPEMENT - DETTE EXTERIEURE

Pourquoi ?

Un constat : dette énorme (plus de 1300 milliards de $ de dettes des PED en 1990). Les PED remboursent quelquefois plus aux PD que ces derniers ne leur apportent !

Quelques explications
- une volonté de financer certains grands projets.
- un accroissement des importations (politiques commerciales des PD et de leurs multinationales notamment).
- dégradation des termes de l'échange (sur une base 100 en 1980 certaines matières premières étaient au niveau suivant en 1990 : étain : 30, or : 59, pétrole : 45, plomb : 45, ...)
- politiques récentes des PD pour limiter leur inflation (se traduisant par des taux d'intérêt élevés).
- un SMI qui n'est fait par les PED, ni pour eux.

Risques

La dette extérieure des PED entraîne un certain nombre de risques
- une croissance dans les PED qui ne peut se réaliser correctement. Les nouveaux emprunts, bien souvent ne financent pas la croissance, mais le remboursement d'intérêts d'emprunts antérieurs.
- instabilité politique et sociale très forte dans ces pays.
- risque de krach monétaire global.

SOUS-DEVELOPPEMENT - COMMERCE EXTERIEUR

Les importations portent essentiellement sur des produits manufacturés à forte valeur ajoutée (cas particulier des NPI).

Les exportations portent essentiellement sur des produits primaires, de 1ère transformation à faible valeur ajoutée.

Le commerce extérieur des PED est en général déficitaire, de même qu'est déficitaire leur balance des paiements.

Par conséquent leur endettement est inévitable.

SOUS-DEVELOPPEMENT - FAIBLESSE DES REVENUS

Revenu global et par habitant très faible
Quelques exemples de PNB/habitant suffiront :
- Suisse, Japon, USA, Allemagne, FR, ... > 20 000 $/an
- Singapour, N-Zél., Australie, ... 15 à 20 000 $/an
- Brésil Hongrie, Grèce, Libye, ... 2 à 3 000 $/an
- Côte d'Ivoire, Maroc, Philippines, ... < 1 000 $/an
- Mozambique, Ethiopie, Bangladesh, ... < 200 $/an

SOUS-DEVELOPPEMENT - CONCLUSION

Les caractéristiques évoquées ci-dessus ne doivent pas laisser penser que tous les pays sont logés à la même enseigne. Les degrés de sous-développement sont divers, les étapes franchies sont très différentes, la Chine a réglé ses problèmes de natalité, de nouveaux pays industrialisés ont vu le jour (Corée, Taïwan, ...).

LES CAUSES DU SOUS-DEVELOPPEMENT - Analyses libérale et néo-libérale

Le sous-développement est un retard de développement

Le développement apparaît comme une série d'étapes. Les pays développés sont passés par certaines phases (Rostow). Certains pays les moins avancés en sont encore à la 1ère.

Rappel des étapes du développement, vues par Rostow :
- la société traditionnelle : société rurale, pas ou peu évolutive, très hiérarchisée.
- la phase de conditions préalables au démarrage : quand les mentalités bougent, l'idée de changement apparait.
- la phase de démarrage (ou décollage ou "take off") : un certain nombre d'éléments déterminants apparaissent (usage de matières premières nouvelles [charbon], grandes découvertes [métier à tisser, machine à vapeur, ...] avec la volonté de bouger le cours des choses).
- la maturité : le développement se propage, de nouveaux secteurs apparaissent.
- l'ère de la consommation de masse.

Le sous-développement a ceci de particulier qu'il s'auto-entretient : pas de revenus => pas de consommation mais aussi pas d'épargne => pas d'investissement => pas de productivité, ... Que l'on prenne le problème par quelque bout que ce soit, on constate toujours une insuffisance chronique de l'Offre et de la Demande.

Si l'on considère structurellement
- les déséquilibres financiers et économiques permanents (budgets, commerce extérieur, ...).
- La prééminence des structures politiques sur les structures économiques.
- l'insuffisance des infrastructures (routes, ...).
- une démographie mal contrôlée.
- ...

On a une explication du sous-développement qui fait des pays concernés les seuls responsables. Le problème serait d'une certaine façon, "naturel". Analyse certainement trop schématique.

LES CAUSES DU SOUS-DEVELOPPEMENT - Causes liées à la nature

Climats difficiles : équatoriaux ou tropicaux : chauds et humides, propices au développement de maladies et parasites.

Zones géographiques de turbulences : tremblements de terre, inondations, cyclones, ...

LES CAUSES DU SOUS-DEVELOPPEMENT - Causes culturelles

Dans beaucoup de pays du tiers-monde, les modes de vie et de production sont quelquefois organisés depuis des millénaires. La confrontation récente de ces cultures avec celles des pays industrialisés a engendré de nombreux chocs (améliorations, résistances, contradictions).

La montée de l'islamisme dans le monde (l'Algérie en est le meilleur exemple de nos jours), le système des castes en Inde (officiellement aboli mais toujours présent dans les faits), ... montrent une certaine forme de traditionalisme, peu compatible avec la croissance économique.

Ne dit-on pas également que les africains par exemple manqueraient de courage, n'auraient pas le sens du travail et de l'effort ?

Les thèses mettant en avant les problèmes culturels sont certes intéressantes (il est admis que certaines attitudes religieuses, ou par rapport à la natalité ont un effet négatif sur le développement), mais il y a quelquefois une vision raciste de la situation, très contestable (vision ayant tendance à hiérarchiser les cultures et à considérer la culture occidentale supérieure aux autres).

LES CAUSES DU SOUS-DEVELOPPEMENT - Analyse marxiste et néo-marxiste - Théorie de la domination

Le sous-développement est un produit du développement

Le lien entre pays développés et pays sous-développés est alors l'expression de l'impérialisme, c'est-à-dire le moyen de véhiculer et généraliser les modes de production capitalistes, de trouver des débouchés, d'exploiter les matières premières, d'investir, de contrôler les évolutions (ou non-évolutions).

Les nations fortes imposent leurs règles : prix, types de fabrications (aux uns les productions créatrices de valeur ajoutée (théorie de "l'échange inégal"), aux autres la fourniture de produits de base peu créateurs de valeur ajoutée.

Les théories les plus radicales vont jusqu'à considérer qu'il y a un véritable "pillage" du tiers-monde et une dialectique centre-périphérie bien orchestrée ("centre" : pays riches. "périphérie" : pays dominés. Théorie de l'égyptien S. AMIN).

François Perroux : Théorie générale de la domination

Elle diffère des approches précédentes en ce sens qu'elle est moins "politique".

Le système économique en général fonctionne sur la base de pôles de domination et de relations de pouvoir : le même schéma se reproduirait immanquablement : en famille, au niveau de l'organisation politique, au niveau des nations, et donc également au niveau international. Il serait particulièrement marqué au niveau du sous-développement du fait de l'incapacité à réagir des pays en difficulté.

La dépendance se manifeste à différents niveaux : social, économique, technologique, éducatif, culturel.

LES CAUSES DU SOUS-DEVELOPPEMENT - Analyse historique : Produit de la colonisation

A la veille de 1914, l'Empire britannique par exemple regroupait environ 33 millions de km² et 450 millions d'habitants.

Les colonies étaient spécialisées dans des produits à faible valeur ajoutée (coton, riz, caoutchouc, ...).

On peut considérer que la colonisation a engendré, à des degrés divers
- la destruction locale de formes traditionnelles de production au profit de systèmes extensifs.
- un système élitiste marqué par l'exploitation des poplations locales et partant le refoulement des traditions.
- la constitution de sous-groupes de population souvent antagonistes (ex : le Rwanda).
- la prise en mains par l'occident des principaux leviers de commande, l'imposition d'habitudes de vie, moeurs, voire religions.

LES CAUSES DU SOUS-DEVELOPPEMENT - Conclusion

Le problème du sous-développement est d'une rare complexité. Il est clair que les pays en difficultés ne s'en sortiront pas seuls. Sans une vision globale des problèmes il ne sera pas possible de mettre en route des stratégies de développement cohérentes.

Mais les hommes sont-ils prêts à faire cette démarche, notamment les reposnsables des pays développés ?

Il ne semble pas, de nos jours, qu'on en prenne rapidement le chemin !

STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT - DEVELOPPEMENT AGRICOLE - Idées générales

Il faut se souvenir que la révolution industrielle européenne a été précédée, et accompagnée d'une révolution agricole. L'industrie ne peut d'ailleurs se développer que si certaines conditions sont remplies
- la terre est suffisamment productive pour permettre l'autosuffisance et pour dégager une population active capable de fournir une base réelle à l'industrie.
- l'agriculture apporte des débouchés pour l'industrie.

C'est le fondement de la "révolution verte".

STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT - DEVELOPPEMENT AGRICOLE - Valorisation du potentiel agricole

En fonction des contextes, il faut mener des actions mettant en oeuvre des techniques diverses

Actions de développement extensif : grands travaux (irrigation, drainage, réservoirs, canaux, ponts, ...)

Actions de développement intensif : utilisation d'engrais, semences à haut rendement, diversification des cultures ...

STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT - DEVELOPPEMENT AGRICOLE - Réformes agraires

Là où elles n'ont pas encore été faites, il faut les réaliser.

La terre doit être redistribuée au profit des petits paysans ou personnes sans terre et doit s'accompagner :
- de politiques souples de fermage ou métayage si les paysans ne deviennent pas propriétaires des terres.
- de politiques souples en matière de crédit, garanties pour permettre aux paysans de devenir propriétaires.
- d'éducation aux méthodes de culture et de gestion.

Les réformes agraires sont très longues à réaliser et peuvent avoir leurs travers : développement d'une agriculture capitaliste d'exportation au détriment de l'agriculture vivrière, certainement plus fondamentale.

STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT - DEVELOPPEMENT AGRICOLE - La "Révolution Verte"

L'objectif est de modifier la technologie agricole, de développer la productivité pour permettre de nourrir une population sans cesse croissante. Des pays comme l'Inde, la Chine, le Pakistan, l'Indonésie, ont pu ainsi éliminer les grandes famines.

La "révolution verte" s'appuie essentiellement sur l'utilisation d'engrais et de variétés à haut rendement (notamment au niveau des céréales). Cette "révolution verte" a donné des résultats, souvent, à la mesure des politiques d'accompagnement qui ont pu être faites (forage de puits, opérations d'irrigation ou drainage, utilisation d'insecticides, ...).

Elle a aussi ses effets pervers : la production des semences, de pesticides, d'insecticides, ... est le plus souvent le fait des PD et de leurs multinationales.

STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT - DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL - Idées générales

S'il était possible de reproduire les conditions de la révolution industrielle en Europe, les choses seraient relativement simples. A l'évidence ce n'est pas le cas.

Des stratégies ont été mises en place dans un certain nombre de pays, où peuvent l'être. La complexité des situations ne permet pas l'établissement d'un modèle unique.

STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT - DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL - Recherche et développement des "pôles d'industrialisation"

Au 19 ème siècle en Europe ces pôles étaient ceux du charbon et du fer. Ce ne sont plus les mêmes pôles de nos jours, et ces pôles varient selon les pays.

Une voie est donc celle qui consiste à mettre en place les moteurs du développement, en espérant qu'un développement induit se réalisera dans d'autres branches ou secteurs.

Les industries lourdes (sidérurgie, chimie, énergie) sont certainement les mieux aptes à permettre l'amorce de ce mouvement. Encore faut-il que le marché intérieur soit privilégié et que les Etats puissent s'engager dans une démarche à long terme et apportent un soutien constant au processus.

Cette voie est difficile car elle demande des personnels très qualifiés et de gros moyens financiers.

STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT - DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL - Industrialisation et commerce extérieur

2 approches

Industrialisation de substitution aux importations

Elle permet de limiter les déficits de balance des paiements mais se heurte à de nombreux problèmes : capacités techniques, humaines et financières insuffisantes, faiblesse des revenus ne permettant pas d'absorber de grandes quantités produites, dépendance technologique, besoins en main d'oeuvre de ces industries insuffisants et ne permettant pas l'accroissement substantiel des revenus.

Encouragement et valorisation des exportations

Elle correspond mieux à la vision libérale. L'objectif est notamment de développer les exportations actuelles, mieux de trouver d'autres axes (produits à valeur ajoutée plus élevée). Cette stratégie permet d'améliorer la balance des paiements, dynamise l'effort de RD, mais a aussi des inconvénients : risque de spécialisation dans les secteurs peu dynamiques, dépendance avec la conjoncture internationale.

STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT - DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL - Développement endogène, "autocentré"

L'idée est que chaque pays a ses spécificités. En conséquence aucun véritable modèle ne peut convenir à priori.

Chaque pays doit compter sur ses propres forces et prendre conscience de ses faiblesses.

Le développement passe par les actions suivantes

Développement prioritaire de l'agriculture : mais aussi industrialisation de manière à couvrir prioritairement les besoins essentiels.

Priorité donnée au marché intérieur : technologies conformes aux conditions actuelles du pays ; inutile de mettre en oeuvre des techniques sophistiquées dans un pays où on manque de pelles, de fourches et de pioches !)

Cette stratégie suppose une forte volonté nationale et une analyse précise du terrain, et se heurte au problème déjà évoqué de "l'internationalisation des cultures".

STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT - COOPERATION INTERNATIONALE

L'Aide des Pays développés

L'aide actuelle est surtout en nature ou financière

Aide en nature

Aide alimentaire (vente de surplus à bas prix notamment) organisée par les Etats eux-mêmes, des organismes spécialisés ou diverses associations. Dès 1954 les américains avaient établi un programme en ce sens : "Food for Peace".

Aide financière

Il s'agit essentiellement d'aides publiques : dons, prêts (beaucoup plus fréquents). Cette aide est multilatérale (elle passe par le financement d'organismes internationaux comme FAO, UNESCO, BIRD, ...) ou bilatérale (plus dangereuse dans la mesure où elle génère plus encore que l'aide multilatérale un "néo-colonialisme").

Globalement l'aide est insuffisante (< 1 % du PNB des pays riches) et est trop souvent détournée au profit de groupes particuliers (quelquefois liés aux dirigeants politiques).

STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT - COOPERATION INTERNATIONALE - Commerce International

Il faut des règles!

Le commerce international peut être un élément du développement des PED, nous l'avons déjà vu, mais certaines conditions doivent absolument être remplies
- les PED doivent être maîtres de leurs ressources.
- les échanges internationaux doivent être équitables => prix garantis pour les matières premières (différents systèmes possibles, comme le versement de compléments financiers en cas de chute des cours mondiaux), principe de non-réciprocité systématique et préférence tarifaire, ...)
- les variations de cours des grandes devises ne doivent pas entraîner de conséquences catastrophiques pour les PED.
- ...

STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT - COOPERATION INTERNATIONALE - Le problème de la dette

Globalement, environ 1500 milliards de $ de nos jours !

L'emprunt pour financer le développement des pays en difficulté apparait de moins en moins, de nos jours, la solution aux problèmes.

Un certain nombre de pays ont des dettes colossales.
On estime dans les années 90 les dettes de certains pays, en % de leurs exportations, au niveau suivant (environ).
- Argentine : 500 %
- Mexique : 300 %
- Bolivie : 500 %
- Ethiopie : 500 %

Devant les difficultés un certain nombre de plans de rééchelonnement de dettes ont été mis en place.

Exemples
- plan Baker (secrétaire américain au Trésor) de 1985, suite à la "faillite" du Mexique. Ce pays vient de bénéficier d'un important plan de sauvetage de la part des USA en 1994 (on voit le caractère durable du problème).
- plan Brady (1989) qui consacre l'annulation d'une partie des dettes des PED envers les PD.
 
La situation particulièrement difficile a conduit le FMI, la BIRD notamment à durcir leur position
- programmes de révision des contrats d'emprunt, le FMI n'accordant des crédits, de son côté, que si des politiques de redressement économiques étaient mises en place.
- mise des Pays Développés devant leurs responsabilités : demande leur étant faite de mieux gérer leurs prêts, et d'envisager même la baisse des prêts pour les pays trop endettés.

STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT - COOPERATION INTERNATIONALE

L'approche de J. M. ALBERTINI

J.M. Albertini, spécialiste du sous-développement, estime que l'aide doit absolument être intégrée
- à un effort national de développement, avec un suivi et une assistance technique notamment. Toute aide non inscrite dans le plan de développement du pays considéré ne peut être cohérente.
- à une priorité de lutter contre l'extrême pauvreté.
- à un caractère éducatif permanent : même l'aide alimentaire de 1 ère urgence doit aller dans ce sens (ex : principes simple d'hygiène comme faire bouillir l'eau qui sera versée sur le lait en poudre, ...).
- à une volonté réelle de ne pas provoquer un nouveau type de colonisation.

ALTERMONDIALISME

Mouvement mis en place par des associations, divers Organismes Non Gouvernementaux (ONG) - on peut citer notamment la Confédération Paysanne et le mouvement ATTAC - dans le but d'aider à la mise en place progressive d'une autre vision de la mondialisation, plus sociale, plus humaine, plus juste, plus belle.

Le mouvement altermondialiste s'inscrit incontestablement dans un processus de limitation progressive des inégalités au niveau mondial, dont doivent profiter les pays en développement.

2 dates ont marqué l'année 2003 : le grand rassemblement du Larzac (été 2003), largement orchestré par José Bové et la Confédération Paysanne, et le deuxième forum européen qui s'est tenu à Saint-Denis (fin 2003). Le thème de ce forum était : "Pour une Europe des droits sociaux dans un monde sans guerre".

LES STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT

Conclusion : un degré de sous-développement très inégal !

Les nouveaux pays industrialisés d'Asie du Sud-Est (les "quatre dragons" notamment : Singapour, Taïwan, Hongkong et Corée du Sud) ont réussi leur décollage (ils ont été bien aidés par les USA dans cette partie du monde où le contrepoids avec l'URSS et la Chine était jugé essentiel), mais leur agressivité commerciale pose d'autres problèmes (leurs pratiques sociales se retournent contre le monde occidental développé).

Les problèmes sont globalement insaisissables, personne n'ose plus véritablement s'avancer dans leur analyse (voir entre autres la manière d'analyser la recrudescence des extrémismes religieux par exemple), la paix est partout menacée, ...

Le bonheur universel des peuples n'est pas pour demain !

Fin de Fichier Haut de Page