Fichier eg05.htm
Thèmes abordés : Circuit économique - Grandeurs globales de l'économie Page Thèmes - Economie Générale Page Thèmes - Correspondances Fichiers

LES AGREGATS - PIB, PNB, ...

TABLEAU ECONOMIQUE D'ENSEMBLE (TEE)
TABLEAU ENTREES-SORTIES (TES)
TABLEAU DES OPERATIONS FINANCIERES (TOF)
DEFINITION
DETAIL DES COMPTES
EXEMPLE CHIFFRE
TES
TOF Page Thèmes - Economie Générale
LES OPERATIONS ECONOMIQUES
OPERATIONS SUR BIENS ET SERVICES
OPERATIONS DE REPARTITION
OPERATIONS FINANCIERES Page Thèmes - Economie Générale

ADMINISTRATION SANS BUT LUCRATIF (PRIVEE)

Organisme qui produit des services non marchands et dans certains cas des services marchands destinés aux ménages, sans but lucratif. Une administration privée vit surtout des cotisations de ses membres.

Exemples
- syndicats de salariés.
- associations diverses (humanitaires, sportives, ...).
- clubs divers (loisirs, ...).

ADMINISTRATION PUBLIQUE

Organisme qui produit des services non marchands destinés à la collectivité et qui effectue des opérations de redistribution du revenu et des richesses nationales.

NB : la Sécurité Sociale est une administration publique, non une entreprise d'assurance.

BIEN MARCHAND

Bien mis sur le marché par une entreprise qui cherche à tirer un bénéfice de sa vente.

Exemples
- automobiles.
- electro-ménager.
- produits alimentaires.
- meubles, ...

BIEN NON MARCHAND

Bien dont la vente ou la distribution n'a pas un but lucratif.

Les biens et services non marchands (surtout des services) représentent un ensemble d'activités important.

Exemples
- produits distribués ou revendus à bas prix par les chiffonniers d'Emmaüs.
- action des sapeurs-pompiers.
- activité de nombreuses associations.

BRANCHE

Regroupement d'unités de production homogènes : entreprises ou fractions d'entreprises fabriquant des produits de même catégorie. On distigue par exemple les branches du verre, du papier-carton, de la chimie, des fibres synthétiques, ...

La plupart des grandes entreprises ont des activités dans diverses branches.

CARRE MAGIQUE

Schématisation par un "carré" de la situation économique grâce à 4 indicateurs, que l'on essaie d'équilibrer
- La croissance économique.
- l'équilibre extérieur.
- les prix.
- le chômage.

CIRCUIT ECONOMIQUE

Les différents acteurs de la vie économique entretiennent des relations (le terme "flux" est souvent utilisé pour caractériser ces relations) dont l'interdépendance constitue le "circuit économique".

Sont parties prenantes dans ce circuit économique, où circulent de nombreux flux :
- les ménages (consommateurs avant tout).
- les entreprises (producteurs avant tout).
- l'Etat et les administrations (assurent la satisfaction des besoins collectifs).
- les banques et organismes financiers (assurent le financement de l'économie).
- les partenaires extérieurs (nombreuses relations économiques et financières entre les partenaires nationaux et étrangers : import-export, mouvements de capitaux, mouvements humains, ...).

COEFFICIENT TECHNIQUE

On appelle coefficient technique le rapport de la consommation intermédiaire d'une branche i en produit j à la production totale de la branche i : CT(ij) = CI(ij) / P(i)

Exemple : le coefficient technique de la branche industrielle en services marchands (1989 - milliards d'Euros).
Coefficient Technique =
82,32 (CI de services marchands) / 598,36 (Production Globale de la branche Industrielle) = 0.1376 (soit 13.76 %)

On peut comprendre facilement l'intérêt de ces coefficients. En effet, si les techniques restent stables, il est logique de penser que, quel que soit le niveau de la production industrielle, il faudra environ 14 % de services marchands pour l'obtenir.

SERVICES DE LA COMPTABILITE NATIONALE

Les comptes de la nation sont élaborés annuellement par les services de la Comptabilité Nationale. Construit dès 1945, c'est en 1976 que le "Système Elargi de Comptabilité Nationale" (SECN) a trouvé toute sa signification.

Grâce à ce SECN, les opérations des agents économiques sont comptabilisées, et des agrégats peuvent être établis, caractéristiques des grandeurs économiques nationales.

LIMITES DE LA COMPTABILITE NATIONALE

Des activités, situations méconnues ou non comptabilisées
- la production domestique (sauf jardins familiaux).
- l'"économie souterraine" (travail "au noir").
- la fraude fiscale (notamment à la TVA).
- les dégâts engendrés par le "stress", les nuisances.
- ...
 
Des activités avec des effets négatifs comptés positivement
- consommation d'alcool, de tabac.
- consommation de soins médicaux suite aux accidents qui sont en fait la rançon du développement.
- consommation d'essence dans les encombrements.
- ... (les casseurs des manifs augmentent le PNB !).
 
Des activités positives non comptabilisées
- l'élévation du niveau d'éducation
- ...

En fait, la Comptabilité Nationale a une vision trop quantitative et pas assez qualitative.

COMPTE

Les opérations sont enregistrées dans des comptes, de manière sensiblement comparable à la comptabilité privée.

Ces enregistrements suivent 3 règles essentielles :
- ils concernent des flux, soit "la création de biens et services et leurs emplois, la naissance du revenu et ses circuits de répartition, l'emploi du revenu, la naissance et l'extinction des créances et des dettes".
- ils sont effectués selon la technique de la partie double. Il y a donc toujours au moins 2 écritures pour une opération. Les salaires par exemple figureront en ressource du compte de revenu des ménages, et en emploi du compte de production des sociétés non financières.
- ils utilisent la technique du compte écran (regroupement dans un même compte des opérations de même nature d'un groupe donné d'agents). Il est en effet impossible de prendre en compte toutes les relations entre tous les agents pour toutes les opérations.

CONSOMMATION FINALE (CF)

La consommation finale (CF) est la valeur des biens et services utilisés pour la satisfaction directe des besoins humains.

On a notamment
- la consommation individuelle en biens non durables et durables des ménages.
- la consommation non marchande des administrations.

CONSOMMATION INTERMEDIAIRE (CI)

La consommation intermédiaire est la valeur des biens et services consommés au cours de la période dans le cycle de production (soit par destruction [énergie], soit par intégration [matières 1ères]).

NB : la différence entre la production totale et les consommations intermédiaires représente la valeur ajoutée.

ECONOMIE SOUTERRAINE

Partie de l'activité économique qui échappe aux statistiques.

Les activités non déclarées, le "travail au noir", les fraudes en général, peuvent représenter des sommes considérables.

ENTREPRISE D'ASSURANCE

Organisme qui assure, c'est-à-dire qui garantit un paiement en cas de réalisation d'un risque.

On trouve des organismes privés, nationalisés (AGF) et des mutuelles (Mutuelles du Mans, MAIF, MAAF, MACIF).

EXPORTATION

Les exportations (E) sont des biens neufs ou existants, qui, à titre onéreux ou gratuit, sortent définitivement du territoire national en direction du reste du monde et tous les services fournis par des unités résidentes à des unités non-résidentes.

Les exportations sont en principe évaluées FOB (franco à bord, c'est-à-dire prix départ de France).

FLUX

Mouvement de biens, de services, de valeurs, qui se produit en un intervalle de temps déterminé (les opérations sont des achats, des ventes, des transferts, des prêts, ...).

Les flux génèrent des stocks.

FLUX FINANCIER

Mouvements de capitaux à moyen ou long terme.

Exemples
- prêts d'argent à plusieurs années.
- achat de titres boursiers.
...

FLUX MONETAIRE

Flux de monnaie, de créances ou de dettes (mouvements de capitaux à court terme).

Exemples
- retrait de billets à un distributeur.
- paiement des objets achetés dans un supermarché.
- ...

FLUX REEL

Flux portant sur des biens et des services.

Exemples
- achat de marchandises ou produits quelconques.
- transport de produits par chemin de fer.
- ...

FORMATION BRUTE DE CAPITAL FIXE

La formation brute de capital fixe (FBCF) est la "valeur des biens durables acquis par les unités productrices afin d'être utilisés pendant au moins 1 an dans leur processus de production, ainsi que la valeur des biens et services incorporés aux biens de capital fixe acquis, aux terrains et autres actifs incorporels" (INSEE).

Terme qui caractérise, en fait, l'Investissement Brut égal à :
Investissement de Remplacement + Investissement de Développement.

IMPORTATION

Les importations (I) sont des biens neufs ou existants, qui, à titre onéreux ou gratuit, entrent définitivement sur le territoire national en provenance du reste du monde et tous les services fournis par des unités non résidentes à des unités résidentes.

Les importations sont en principe évaluées CAF (coût, assurance, fret).

INSTITUTION FINANCIERES

Organisme ayant pour rôle de financer, c'est-à-dire collecter, transformer et répartir des disponibilités financières.

On trouve dans cette catégorie les banques, organismes financiers divers.

INVESTISSEMENT

Opération qui permet la formation du capital. On investit quand on achète des moyens de production nouveaux, mais aussi quand on assure la formation des hommes (investissement éducatif).

Investir suppose un regard tourné vers l'avenir. On investit aujourd'hui pour en recueillir les fruits demain.

Ne pas confondre investissement et placement (qui est strictement financier).

Voir FORMATION BRUTE DE CAPITAL FIXE

LEONTIEF né en 1906

Economiste américain, d'origine russe.

Son nom reste attaché à la mise au point des tableaux intersectoriels de comptabilité nationale dits tableaux "entrées-sorties".

LOI PSYCHOLOGIQUE FONDAMENTALE

Keynes a montré dans sa "loi psychologique fondamentale" que la consommation augmente avec le revenu. Mais il n'y a pas proportionnalité dans les accroissements. La part de la consommation a tendance à diminuer alors que celle de l'épargne augmente.

MENAGE

Unité économique dont le but principal est de consommer et en tant qu'entrepreneur individuel de produire des biens et services marchands non financiers.

Exemple
- un artisan, agriculteur, en tant qu'entreprise est classé dans la catégorie des ménages.

OPERATIONS SUR BIENS ET SERVICES

Les opérations sur biens et services décrivent l'origine et l'emploi des biens et services (ils peuvent provenir d'une production nationale ou être importés).

Les opérations sur biens et services sont : la production, la consommation (intermédiaire et finale), l'investissement, ...

Egalité fondamentale : P + I = CI + CF + FBCF + VS + E
P : Production
I : Importation
CI : Consommation Intermédiaire
CF : Consommation Finale
VS : Variations de Stocks
E : Exportation

OPERATION DE REPARTITION

Opération de répartition du revenu et du capital

Du revenu

Le processus de production engendre la valeur ajoutée qui est à l'origine des revenus perçus par les agents économiques. Il y a une égalité entre emplois d'un secteur et ressources d'un autre. On distingue :
- la rémunération des salariés.
- les impôts liés à la production et à l'importation.
- les subventions d'exploitation et liées à l'exportation.
- les revenus de la propriété et de l'entreprise.
- les opérations d'assurance dommage.
- les transferts courants sans contrepartie (impôts sur le revenu, cotisations et prestations sociales).

Du capital (transferts en capital)

ces opérations n'agissent pas directement sur les revenus mais affectent le patrimoine. (ex : aides à l'investissement, impôts [sur la fortune, sur les successions] ...).

OPERATION FINANCIERE

A l'issue des opérations sur biens et services et de répartition, chaque secteur se trouvera en situation excédentaire ou déficitaire. Les ménages, une fois leurs consommations effectuées, leurs impôts payés, ... dégageront une épargne. Une partie de cette épargne sera affectée à la FBCF (acquisition de logements), mais globalement les ménages disposent d'une capacité de financement. Les entreprises par contre ont des besoins de financement constants.

On distingue :
- les instruments de paiement qui permettent d'effectuer les règlements en monnaie nationale ou devises.
- les instruments de placement : dépôts d'épargne, opérations financières (achat d'actions, obligations ...).
- les instruments de financement (crédits à CT, MT, LT).
- les réserves techniques d'assurances (engagements des organismes d'assurances correspondant aux versements futurs, aléatoires, qu'ils seront amenés à verser).

PARAFISCALITE

Ensemble de taxes affectées à des organismes distincts de l'Etat : redevance télévision, taxe de formation permanente payée par les entreprises, ... Contrairement aux impôts qui obéissent au principe de non-affectation des ressources aux dépenses.

Au sens large, la parafiscalité inclut les cotisations sociales.

PIB Produit Intérieur Brut

C'est l'agrégat le plus représentatif de l'économie. Il permet de cerner l'activité productive des unités institutionnelles RESIDENTES.

Approche n° 1 : Le PIB est une somme des valeurs ajoutées

PIB = VA + TVA sur les Produits + Droits de Douane + Subventions à l'Importation

PIN (Produit Intérieur Net) = PIB - Consommation de Capital Fixe (Amortissement)

Approche n° 2 : Le PIB est une somme de dépenses

PIB + I = Dépense Intérieure Brute (CF + FBCF + Accroissement de Stocks) + E

PIB = Dépense Intérieure Brute + E - I

Approche n° 3 : Le PIB est une somme de revenus

PIB = Rémunérations versées par des unités résidentes + Excédent Brut d'Exploitation + Impôts à la Production et à l'Importation versés - Subventions d'Exploitation Reçues.

PNB Produit National Brut

Il concerne la production réalisée, à l'intérieur ou à l'extérieur du territoire national, grâce à des facteurs de production fournis par des agents économiques résidents. Ainsi, la production d'une filiale américaine en France est comptée dans le PIB mais pas dans le PNB. cette même production est comptée dans le PNB américain. L'opération inverse serait réalisée dans la cas d'une filiale française.

PNB = PIB + Revenus Nets du Travail, de la Propriété et de l'Entreprise reçus du Reste du Monde.

PNN (Produit National Net) = PNB - Consommation de Capital Fixe (Amortissement).

PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES

Les prélèvements obligatoires représentent l'ensemble des sommes collectées par l'Etat, les collectivités locales et les administrations de Sécurité Sociale auprès des agents économiques.

Le taux de prélèvements obligatoires (TPO) rapporte cette grandeur au montant du PIB de la même année.

Remarque : ce taux est en France voisin de 45 %

PRESSION FISCALE

Rapport entre le montant global des impôts et des taxes et le PIB ou le Revenu National.

PRIX

Valeur marchande d'un bien ou d'un service exprimé dans l'unité monétaire choisie.

Prix courant, prix du marché : prix observé en un lieu et date donnés.

Prix constants : prix exprimés en une monnaie tenant compte des prix pratiqués au cours d'une année de base, prise comme référence (permet de gommer les effets de l'inflation).

PRODUCTION

"Activité économique socialement organisée consistant à créer des biens et des services s'échangeant habituellement sur le marché ou obtenus à partir des facteurs de production s'échangeant sur le marché" (INSEE).

Commentaires : une activité de cueillette, pour soi-même, n'est pas une production. Par contre l'enseignement public, gratuit, est une production (facteur travail).

La production marchande : production destinée à être vendue sur un marché (but lucratif). La production marchande est évaluée au prix du marché.

La production non marchande : composée de biens et services gratuits ou à un prix qui n'est pas établi pour générer un bénéfice. La production non marchande est évaluée à son coût de production.

REGULATION

Méthodes spontanées ou directives (incitations publiques, autorisations spéciales ou interdictions, politiques économiques et sociales diverses, ...) visant à permettre une certaine stabilité de l'économie, là ou des déséquilibres se manifestent (niveau des prix, du chômage, du commerce extérieur, ...).

Les politiques de régulation sont difficiles à mettre en oeuvre car, bien souvent, elles se contredisent et peuvent avoir des effets pervers. Il est ainsi difficile de lutter à la fois contre l'inflation et le chômage.

RESTE DU MONDE

Ensemble des unités économiques hors-frontières avec lesquelles des relations économiques (industrielles, commerciales, financières, ...) sont entretenues.

REVENU NATIONAL 1

C'est le PNN. Mais le terme de Revenu National est préféré à celui de Produit National Net, car cette grandeur a le sens d'un revenu, et non d'un produit. C'est en fait l'ensemble des revenus versés aux agents économiques et relatifs à l'acte productif.

RN (prix du marché) = Rémunération des salariés résidents
+ Excédent brut d'exploitation
+ Revenus Nets de la Propriété et de l'Entreprise reçus du reste du Monde
+ Impôts à la Production et l'Importation versés, nets des subventions d'exploitation reçues
 
ou Produit Intérieur Net
RN = PIN + Revenus du Travail, de la Propriété et de l'Entreprise reçus du Reste du Monde

REVENU NATIONAL 2

On peut ne retenir que les revenus versés aux détenteurs de facteurs de production. Il exclut les revenus versés aux Administrations Publiques (Impôts liés à la Production).

On établit alors :

RN (Coût des Facteurs) = RN au prix du marché - Impôts à la Production et à l'Importation versés, nets des Subventions reçues.

REVENU NATIONAL 3

On peut également définir le Revenu National Brut Disponible : Revenu disponible après Impôts et Cotisations, qui est affecté à la Consommation Finale et à l'Epargne.

RNBD = Revenus disponibles, soit

RNBD = PIB + Revenus Courants reçus du Reste du Monde Nets des Revenus de même nature versés au reste du Monde.

SECN SYSTEME ELARGI DE COMPTABILITE NATIONALE

 Les comptes de la nation sont élaborés annuellement par les services de la Comptabilité Nationale. Construit dès 1945, c'est en 1976 que le "Système Elargi de Comptabilité Nationale" a trouvé toute sa signification.

Grâce à ce SECN, les opérations des agents économiques sont comptabilisées, et des agrégats peuvent être établis, caractéristiques des grandeurs économiques nationales.

SECTEUR

Le secteur, au sens de la Comptabilité Nationale, rassemble des entreprises qui ont toute la même activité principale.

Exemples
- Renault et PSA appartiennent au même secteur d'activité l'automobile, avec d' autres activités secondaires : bricolage, cycles, cartes routières, ...
- Michelin appartient au secteur des pneumatiques.
- "Le Monde" appartient au secteur de la presse et de l'édition.

SECTEUR INSTITUTIONNEL

Les agents économiques sont classés en secteurs institutionnels par la Comptabilité Nationale.

On distingue :
- Les Sociétés Non Financières
- Les Institutions Financières
- Les Entreprises d'Assurances
- Les Administrations Publiques
- Les Administrations Sans But Lucratif (Privées)
- Les Ménages
- Le Reste du Monde

SOCIETES NON FINANCIERES

But : produire des biens et services marchands non financiers.

On trouve dans cette catégorie les SA, SARL, SNC notamment.

TABLEAU ECONOMIQUE D'ENSEMBLE (TEE) - DEFINITION

Le TEE retrace la globalité des opérations réalisées entre agents économiques, en envisageant dans un enchainement de comptes les emplois et ressources successifs des différents secteurs institutionnels.

Les comptes sont les suivants :
- Compte de Production (solde : Valeur Ajoutée Brute).
- Compte d'Exploitation (solde : Excédent Brut d'Exploitation).
- Compte de Revenu (solde : Revenu Disponible Brut).
- Compte d'Utilisation du Revenu (solde : Epargne Brute).
- Compte de Capital (solde : Capacité ou Besoin de Financement).

TABLEAU ECONOMIQUE D'ENSEMBLE - DETAIL DES COMPTES

Compte de Production : il permet de déterminer la valeur ajoutée, qui est l'apport de l'activité de l'entreprise à l'économie.

Compte d'Exploitation : il décrit la répartition primaire de la valeur ajoutée entre les salariés, l'Etat (impôts liés à la production) et l'entreprise. Permet de dégager l'excédent d'exploitation.

Compte de Revenu : il récapitule les opérations courantes de répartition (salaires perçus, intérêts et dividendes, prestations sociales, impôts sur le revenu, ...). Il permet de dégager le revenu Disponible.

Compte d'Utilisation du Revenu : il permet de dégager consommation Finale et l'Epargne.

Compte de Capital : il fait apparaitre le besoin de financement ou la capacité de financement des secteurs institutionnels.

EXEMPLE : MENAGES (1989 / milliards d'Euros)

Compte de Production
CI ........................................................ 61 Production Totale ...................... 267
VA Brute ......................................... 206  
Compte d'Exploitation
Rémunération salariés ..................... 31,5 VA Brute .................................... 206
Impôts liés à la Production ................ 5,8 Subventions d'exploitation ........... 3,7
Excédent Brut d'Exploitation ........ 172,4  
Compte de Revenu
Revenus versés ............................ 327 Excédent Brut d'Exploitation ... 172,4
  Revenus reçus .......................... 789
Revenu Disponible Brut .............. 634,4  
Compte Utilisation du Revenu
Consommation Finale................... 556,5 Revenu Disponible Brut ........... 634,4
Epargne Brute ................................. 77,9  
Compte de Capital
FBCF, VS et Transferts .................. 64,8 Epargne Brute + Transferts ....... 81
Capacité ou Besoin de Financ. ...+16,2

TES TABLEAU ENTREES - SORTIES

Le TES est un tableau de "branches". Il traduit les échanges respectifs entre branches d'activité, à l'aide de 5 "sous-tableaux" principaux :
- le tableau des entrées intermédiaires : il dégage les consommations intermédiaires inter-branches (ex : l'industrie a consommé 54 milliards de produits agricoles en 1989).
- le tableau des emplois finals : consommation des ménages et administrations, FBCF, Variations de Stocks et Exportations.
- les comptes de production et d'exploitation des branches : ils dégagent la VA par branche, ainsi que l'utilisation de cette VA (rémunérations, impôts liés à la production, éxcédent brut d'exploitation).
- le tableau des ressources en produits : il regroupe l'ensemble des ressources (production, importations, droits de douane, subventions à l'importation, marges commerciales et TVA).
- l'encart du PIB : donne le calcul et la valeur du PIB.

TOF TABLEAU DES OPERATIONS FINANCIERES

Ce tableau permet de savoir comment les secteurs à capacité de financement ont utilisé leur excédent (actifs liquides, valeurs mobilières, placements, ...), comment les secteurs à besoin de financement ont comblé leur manque de moyens financiers (endettement, marché financier, ...)

TPO Taux de Prélèvements Obligatoires

Voir PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES

VALEUR AJOUTEE

La valeur ajoutée correspond à la création nette de richesses. C'est la différence entre la production totale et les consommations intermédiaires.

Valeur Ajoutée = Production Totale - Consommations Intermédaires

L'ensemble des valeurs ajoutées représente le PIB.

VARIATIONS DE STOCKS

Les variations de stocks (VS) sont la différence entre les entrées et les sorties de stock au cours de la période.

LES AGREGATS - PIB, PNB, ...

La notion

Agrégat vient de "agréger" qui signifie totaliser, ajouter.
les agrégats sont les grandeurs globales, caractéristiques de l'activité économique.
 
Exemples
- PIB
- PNB

Enchainement des agrégats

PIB (Produit Intérieur Brut au prix du marché)
- Consommation de Capital Fixe (Amortissement)
= PIN (Produit Intérieur Net au prix du marché)
+ Revenus Nets du travail de la propriété et de l'entreprise relatifs au Reste du Monde
+ solde des Impôts liés à la Poduction et à l'Importation (nets de subventions) relatifs au reste du monde
= RNN (Revenu National Net au prix du marché)
- impôts liés à la Production et à l'Importation nets de subventions
= RNN (Revenu National Net au coût des facteurs)
--------------------------------------------------------------------------------
RNN (Revenu National Net au prix du marché)
+ Consommation de Capital Fixe (amortissement)
= RNB (Revenu National Brut)
- Transferts Nets avec le Reste du Monde
= RNDB (Revenu National Disponible Brut)

Fin de Fichier Haut de Page